deathofclassics

6 Responses

The Death of Classics

It’s friday night. You’re in bar. Any bar. Montreal, New York, Barcelona, Bangkok… Even though it’s crowded, the vibe is kind of dull. When you’re about to order a drink, the DJ blasts Sweet Child O’ Mine in the speakers. Suddenly, you hear a couple of people, boys and girls, shouting some “woohooo”s, pointing at the DJ and nodding their head. For an unexplainable reason, the bar’s vibe kicks up a notch. The oldest among the crowd seem to remember their first high school parties. The younger recall a game of Guitar Hero in their friend’s tiny apartment, with the neighbour complaining twice in the evening about the overly-annoying screams echoing through the walls.

You take a second to reflect on what just happened. How can a single song stand the test of time like this, from 1988 to today? And not any song; a ROCK song. A song from a genre that is considered on the verge of total extinction in our present days, is able to fill people with an uplifting feeling of musical nostalgia.

To be honest, I think nostalgia kind of sucks. It basically means you’re admitting that the past is better than your current reality. But still, it’s undeniable that through the years, less and less songs are having this timeless gathering, crowd-lifting ability. So if this Guns ‘N Roses single makes nostalgia resurface in people, then maybe this situation should be seen as a wake-up call for all of us about the current state of music.

Now, what is so special about Sweet Child O’ Mine? Basically, not that much. It has a great riff, decent love-related lyrics, and an overall good melody. What is completely overwhelming though, is that back in the time when it came out, it was considered a popular song. Today, “good” and “popular” cannot be siblings in a sentence when we’re talking about music. Good music, for critics and music enthusiasts, is underground and limited in release.

There’s no single true explanation for this phenomenon. The first one that comes to mind is mass production. The easy scapegoats here are Napster, Sean Parker and company, who caused such a cataclysm in the recording industry, that its annual revenues fell down from $14.6 billion to $6.3 billion in less than 10 years. Album sales have reached all-time lows. Top-selling albums used to be in the range of 10 million units sold. Today, producers will be popping very expensive champagne if an album manages to sell 2 million copies. So, mathematically, the easy equation for record labels is this: if we can’t produce a 10-million-copies album, then let’s produce five 2-million-copies albums. Which at first doesn’t seem like such a bad idea. It’s only after a while that you realize how little you can do when you split your top producers, engineers and A&Rs into five different avenues, instead of having them focus on a single, top-quality project.

Enter the era of the easy-catchy-electro-pop hit. The dumbing down of the music fan. The birth of factory-quantity song-producing artists like T-Pain, One Direction, Nicki Minaj and Katy Perry. The success of these artists does not rely on the quality of their music, but on their ability to release a chart-topping single so fast that it will replace their last one as soon as its 3-week-long reign is over. Or simply put, keep the cash flow running perpetually. Rihanna, 7 albums in 7 years. Enough said.

Now that doesn’t mean that there’s no good music being made anymore. Flashback to 2010. The Black Keys released Brothers. Arcade Fire released The Suburbs. Kanye West released My Beautiful Dark Twisted Fantasy. Three exceptionally creative, influential and critically-acclaimed albums. I could write a whole essay about these three masterpieces. But I can sum up in one sentence that the total sales of the three of them together did not even match Justin Bieber’s My World 2.0 sales. It’s not that there’s no good music being made anymore. It’s just that people don’t care.

We’re all to blame in this. Our unquenchable thirst for novelty has got us caught in this vicious circle of mediocrity. We hear a song 10 times in a week on the radio, and we’re already complaining about how much we can’t stand it anymore. Good songs no longer stand the test of time simply because we don’t allow them to live long enough. And longevity is the number one attribute of a “classic”.

So in the end, what am I complaining about? Clearly not about the quality of today’s music, because there are still musical wonders created every year. I just wish that this music would reach the number of people it deserves to, and that it did not get submerged under the gigantic waves of shitty pop music. Coming back to My Beautiful Dark Twisted Fantasy, most experts say that its sales were low because it was not an accessible album for the everyday listener. Dark Side Of The Moon is also not an easy-to-listen-to album, and it still managed to move out 50 million copies and stay in the Billboard charts for 741 weeks. It just belonged in an era where radio stations knew what to play, and record labels knew which artists to put at the forefront of the industry. That era is over.

People are not born with bad taste. People develop bad taste when you constantly feed them with bad shit.

Responses

There is 6 responses to “The Death of Classics”

  1. Ann Lena

    De nos jours, il y a une distinction entre la « bonne » musique et la musique populaire parce que l’industrie musicale n’est plus assez rentable. Les compagnies de disques n’ont pas les moyens d’investir assez d’argent dans la production d’un seul album « de qualité » qui serait également très rentable et donc elles s’éparpillent pour étancher notre continuelle et néfaste soif de nouveauté musicale. Pas comme à l’époque de Sweet Child O’Mine (c’est ton propre exemple), où une chanson rock (ce genre complètement démodé, sur le point de mourir) « pas si spéciale », avec des paroles « décentes » sur l’amour et une mélodie générale efficace réussissait à toucher un public très large et atteignant la dimension de « classique » musical, encore efficace aujourd’hui… Pauvre Kanye West, génie méconnu et oublié, qui n’a vendu que les tiers du nombre d’albums que Justin Bieber est parvenu à vendre. Pleurons sur le sort des grands poètes maudits !

    À la lecture de ce texte, il me vient l’envie de te poser plusieurs questions. Tout d’abord, combien penses-tu que l’enregistrement de la chanson Strange Fruit, interprétée au départ par Billie Holiday, reprise par Nina Simone, puis par ce fameux Kanye West, véritable classique indémodable, chanson d’une grande qualité artistique, portant sur l’esclavage et les souffrances endurées par les Afro-américains, a coûté en 1939 ? Depuis quand la qualité d’une oeuvre d’art quelconque est-elle proportionnelle aux coûts de production ?

    Puis, depuis quand et pourquoi est-il souhaitable que toute l’assistance d’un bar, à « Montréal, Barcelone, New-York et Bangkok », soit à même de fredonner en chœur les paroles d’une chanson connue par tous ? Comment la soif du public pour la nouveauté peut-elle engendrer la médiocrité des productions musicales actuelles ? Personnellement, j’ai l’impression que je n’aurai pas assez d’une vie pour entendre toute la musique que je voudrais entendre. Je n’aurai jamais le temps de voir tous les films et œuvres d’art, de goûter à tous les mets, de lire tous les livres, de contempler tous les paysages qui s’offrent à moi. C’est ce qui m’anime, me motive, c’est le but de ma vie.

    Si la technologie actuelle, les moyens de communication et de diffusion permettent aux artistes émergents de sortir du système, de faire un pied de nez à l’industrie musicale, de se faire connaître par d’autres façons que par ce marketing envahissant qui vise à dicter à la majorité la musique qu’elle se doit d’écouter, de consommer, tant mieux !

    Reply
    • Charles Burroughs

      Salut Ann Lena,

      J’ai beaucoup de misère à suivre ta réplique à mon article, qui zig-zag entre une arrogance déconcertante envers mes propos, et ta philosophie de vie artistique à laquelle j’ai de la misère à voir un lien avec ce que j’ai écrit.

      On s’en reparlera autour d’une bière au Sapristi.

      Reply
      • Ann Lena

        Je ne dis vraiment pas ça pour rajouter une couche d’arrogance à mes propos, mais il me semble que le lien avec ton texte est très facile à voir, puisque j’ai pris la peine de te citer point par point pour réagir aux idées que tu amènes… Je trouve que ta réaction est un peu facile et paresseuse, malheureusement. J’aurais été curieuse de connaître ta réponse aux questions que j’ai posées. Si tu préfères en discuter de vive voix, tu es le bienvenu au Sapristi n’importe quand. Je t’offre même un espresso sambucca noire… Ça éclaire les idées 😉 C’est toujours désagréable d’être contredit, je suis bien d’accord, mais je n’avais aucunement l’intention d’être arrogante. (Je ne t’ai quand même pas craché dans le cou). Haha

        Reply
        • Charles Burroughs

          J’ai aucun problème à être contredit. Je n’écris pas pour faire plaisir à qui que ce soit. J’écris pour relever des situations qui, selon moi, semblent juste, et je sais que ce n’est pas tout le monde qui est en accord avec moi.

          Justement, quand tu dis “je te cite”. J’ai l’impression que tout ce que tu fais c’est citer des trucs, pour ensuite bifurquer dans une toute autre direction.

          Où est-ce que j’ai pleuré le sort de Kanye? Je pleure le sort de ceux qui se font noyer les oreilles de musique bas de gamme au lieu de musique de qualité…

          Où est-ce que j’ai parlé du ratio qualité/couts de production? Je trouve ça super que tu puisses me réciter l’histoire de Strange Fruit, mais je n’ai même pas parlé de Blood on the Leaves dans l’article, ni même de l’album sur lequel cette track se trouve…

          Tu sous-entends beaucoup de trucs qui ne sont absolument pas véhiculés dans mon texte. Je te suggère une belle relecture.

          Reply
  2. Ann Lena

    “Une “conscience” est essentiellement un conscience de soi: une singularité. Je ne peux dire “je” que parce que je me donne mon propre temps. Énormes dispositifs de synchronisation, les industries culturelles, (…) sont des machines à liquidier ce soi (…). Lorsque des dizaines, voire des centaines de millions de téléspectateurs regardent simultanément le même programme en direct, ces consciences du monde entier intériorisent les même objets temporels. Et si, tous les jours, elles répétent, à la même heure et très régulièrement le même comportement de consommation audiovisuelle parce que tout les y pousse, ces “consciences” finissent par devenir celle de la même personne – c’est-à-dire personne.” Tiré de l’article “Le désir asphyxié, ou comme l’industrie culture détruit l’individu” écrit par Bernard Stiegler, philosophe et écrivain, publié dans Manière de voir en juin 2004. Ce principe s’applique, je crois, à toute la production culturelle.

    Reply

Leave a Reply